A 40 ans, l’ex-double champion de l’univers se evoque satisfait de le retour et se montre plein d’espoir pour 2022, en raison du changement de reglementation concernant J’ai conception des voitures et le fonctionnement des ecuries.

Propos recueillis via Anthony Hernandez

Temps de Lecture 6 min.

  • Partage
  • Partage desactive Partage desactive
  • Partage desactive Envoyer via e-mail
  • Partage desactive Partage desactive
  • Partage desactive Partage desactive

Apres une pause de deux ans, Fernando Alonso reste revenu votre annee a ses premieres amours : la formule 1, au sein de l’ecurie Alpine de Renault. Interroge via Le Monde dix jours avant sa troisieme place au Grand Prix du Qatar (le 21 novembre), le premier podium en F1 depuis sept annees, le pilote espagnol affichait le optimisme i  propos en nouvelle reglementation aerodynamique qui entrera en vigueur en 2022.

Vous avez effectue, cette saison, votre retour en F1, a l’aube d’la quarantaine. Etait-ce un risque ?

Non, je ne le crois gui?re. C’etait une decision simple a prendre et j’suis content de l’avoir prise. J’etais convaincu que c’etait la bonne. Ma premiere idee etait de revenir a l’occasion du prochain changement de reglementation [qui devra conduire a des voitures a l’aerodynamisme retravaille Afin de permettre plus de depassements et d’equite entre les pilotes], mais, avec la pandemie et le report a 2022 de ce changement de regles, j’ai pense que 2021 constituerait une agreable preparation.

Vous avez explique que quatre ou 5 courses ont ete necessaires pour retrouver vos sensations. Lesquelles de ces sensations ont foutu le environ moment a repasser ?

Oui, il a fallu certains courses De surcroi®t que je ne l’imaginais. S’habituer a toutes les pneus a ete peut-etre le plus long : ils sont un brin plus fragiles et divers de ceux qui etaient en vigueur lors du depart, en 2018 ; trouver leurs limites et celle de leur adherence n’a jamais ete enfantin.

Meme si vous n’aviez pas cesse de piloter, vous etes-vous senti dans les bras d’un debutant ?

Non, c’est exagere. Je savais, et ca s’est verifie, que je ne serais gui?re a 100 % au cours des deux premieres courses. Mais j’ai quand meme beaucoup d’experience et j’ai continue a beaucoup piloter dans differentes categories. Donc, quand je suis revenu, ca fut tel une continuation.

En deux ou trois ans, la formule 1 a-t-elle change ?

Rien, vraiment que dalle n’a change : memes individus, memes equipes, memes pilotes, a deux ou trois nouveaux pres… Notre domination de Mercedes et Red Bull est la meme.

Vous aviez gagne ces deux titres de champion de l’univers, en 2005 et 2007, avec Renault. Votre retour n’etait-il envisageable qu’avec ce constructeur ?

Oui, parce que c’est l’equipe avec laquelle j’ai passe la majeure partie ma carriere en formule 1, l’equipe avec laquelle nous avons connu la reussite. Moyen d’adaptation reste i  chaque fois plus court quand vous connaissez tout un chacun, et c’est ce que je recherchais.

Renault a change, en revanche, depuis vos victoires des annees 2000.

Oui et non. L’esprit de l’equipe reste le meme. Bon nombre de personnes sont les memes. Neanmoins, la technologie a evolue. Ma derniere saison avec Renault remonte a 2009. En douze annees, beaucoup de trucs ont change, la revolution virtuel reste passee par la. Les installations techniques ont ete mises a jour. Une nouvelle usine a ete construite a Viry-Chatillon [Essonne] et une nouvelle a Enstone [Angleterre]. Il y a aussi environ sophistication et de technologie.

Vous avez evoque le changement de reglementation en 2022. Ca peut-il contribuer a votre retour au sommet Afin de votre ecurie et pour vous ?

Cela apporte votre nouvel espoir a de multiples equipes. Alpine en fera part. Avec legerement de chance, nous pourrons faire de bonnes choses. Cela y aura aussi un plafond budgetaire : les equipes devront etre tres efficaces et ne plus depenser de l’argent de maniere illimitee. Ca nous donne la faculte d’etre 1 bon challenger.