L’application de rencontre a seduit des millions d’utilisateurs en quete de l’amour.

Mais sous ses airs d’entremetteuse, elle pourrait etre source de relations plus superficielles que serieuses… Avec, a Notre cle, des utilisateurs De surcroit qui plus est decus.

Tinder est une machine a frustrer», affirme Olivier Voirol, sociologue a l’Universite de Lausanne. A la place de liberer la voie a la rencontre amoureuse, l’application tiendrait plutot l’utilisateur captif d’attentes sans cesse renouvelees. Des attentes qui pourraient se traduire suivant le credo: «toujours plus et toujours mieux». Et en plus, c’est facile et a portee de main. En deux minutes, trois instants, voila que l’application reste telechargee sur le smartphone. Inutile de repondre a un long questionnaire, comme c’est souvent l’eventualite i  propos des sites de rencontre. Tinder est directement rattache a la compte Facebook et compile les informations pour vous faire des «offres» censees vous faire chavirer. En fonction des precisions accessibles sur le reseau social et de vos donnees de geolocalisation, l’application a la flammeche vous propose alors un defilement limite infini de profils se trouvant dans votre perimetre. Il ne est plus qu’a glisser son pouce – «swiper» en anglais – a gauche ou a droite pour trier les photos accompagnees seulement du prenom et de l’age. Un geste du doigt a droite, j’ecarte la personne, votre autre a gauche, je lui signale qu’elle me convient. Je lui plais aussi: ca s’appelle votre «match» (voir le lexique en page 15). Et la, la discussion est en mesure de demarrer, le rendez-vous etre fixe et l’histoire d’amour commencer… Ou jamais. Parce que, malgre votre que pretend la plateforme, le but de Tinder est moins de mettre les individus en couple que de les garder en haleine.

Olivier Voirol, sociologue a l’Universite de Lausanne

Au sein des temoignages recueillis, beaucoup de gens soulignent la dimension superficielle de Tinder. Qu’en pensez-vous?

Avec Tinder, nous entrons dans une modalite relationnelle dans laquelle les liens paraissent peu engageants. Et cela pourra produire une impression de liberte. Puis de superficialite.

Des liens moins engageants qui ne correspondent pas a l’idee de rencontre romantique que certains attendent. N’est-ce gui?re paradoxal?

Oui. Tinder voiture un message enfin assez contradictoire. D’un cote, l’application affirme vouloir faciliter la rencontre et mettre les gens ensemble, de l’autre, elle s’adresse aux utilisateurs en leur proposant pour ainsi dire toujours plus et toujours mieux. Ainsi, elle service des attentes qui ne sont, dans bien des cas, pas remplies. Tinder en devient aussi une machine a frustrer.

Mais via quoi l’application fonde- t-elle les attentes qu’elle produit?

Une des cles du succes de cette application, c’est d’accompagner des tendances existantes au sein de la societe actuelle et de les canaliser a son profit. Ainsi, elle fonctionne sur l’idee tres en vogue de la realisation sans dire et propose un support a des individus en requi?te d’experiences. Celle-ci nos amene a aller toujours plus loin sur l’ensemble des plans: voyager plus, ecouter environ musique, vivre plus intensement. C’est precisement ce que pretend offrir cette application: votre surplus de jouissance! En 1 sens, elle donne reponse a une exigence de l’individu contemporain. Le souci, c’est qu’au lieu de le faire dans le sens d’une liberte accrue, elle a souvent concernant effet de frustrer les utilisateurs et de freiner leur quete affective.

Au sein des temoignages, tous disent trouver la plateforme froide, sans hasard ni spontaneite. En quoi ce qui pourrait-il mettre a en gali?re l’ideal de l’amour romantique?

L’ideal de l’amour romantique suppose que les gens se rencontrent de maniere fortuite et que seuls font foi les sentiments personnels. Cet ideal exclut donc l’anticipation, le calcul, la prediction, comme aussi l’intervention d’instances exterieures (la famille, le groupe social, la religion, etc.). C’est bien sur un ideal, sans cesse contredit avec les faits, mais il a une force considerable dans notre modernite. En votre sens, Tinder rejoue a sa maniere les registres de l’ideal romantique en donnant l’impression d’une rencontre au hasard en copresence dans le meme espace-temps. Or, Afin de rendre ce qui possible, un systeme informatique complexe d’organisation des informations generant des astuces intervient massivement. Ce qui fait en quelque fai§on jouer a l’application le role ancien des traditions contre lesquelles l’ideal de l’amour romantique s’etait construit. C’est sans doute dans une telle forme de delegation numerique que l’ideal de l’amour romantique va etre mis a en gali?re. D’autant plus qu’elle nourrit 1 secteur economique De surcroit et puis rentable.

Asma, 27 ans, Lausanne

«Je me connecte sur Tinder periodiquement voili  environ 2 annees. J’ai toute premiere fois que je l’ai utilise c’etait peu apres une rupture. A ce moment-la, j’avais besoin de me remplacer les idees et de reprendre confiance en moi. Ce n’etait pas tres bon. C’etait un genre de passe-temps ou de jeu que j’utilisais les jours d’ennui. Neanmoins, au fil un moment, ca m’a un peu deprimee. J’ai des fois l’impression d’etre 1 service concernant https://besthookupwebsites.org/fr/iamnaughty-review/ un etalage de supermarche. Un service qu’on va stocker ou consommer. L’idee m’agace tellement desfois que je supprime l’application de mon telephone. Et au moment oi? je persevere, J’me rends compte que habituellement, les conversations sont creuses et ininteressantes. C’est si»rement lie au fait qu’il faudrait pas mal d’energie Afin de outrepasser la vitre glaciale de l’ecran de smartphone et mettre un peu d’entrain dans la conversation. Du coup, souvent, je ne vais via l’application que pour «swiper» (voir le lexique en bas). C’est un brin le geste pour le geste (rire).

Aline, 33 ans, Geneve

«J’utilise Tinder depuis que c’est sorti. En quatre annees, j’y ai eu une dizaine de gens. Je suis plutot selective parce que je cherche quelque chose de serieux. Au debut, ce qui m’a frappee dans l’utilisation de Tinder, c’est ce geste a gauche et a droite avec le pouce pour selectionner les individus sur la base de leur apparence. Une manii?re de tri de gros. Je me suis alors dit que c’etait triste qu’on en soit arrive la. Mais on s’y fait et, apres reflexion, au monde reel votre n’est pas tellement tout autre. De nombreuses personnes se disent que juger quelqu’un exclusivement via le physique reste terrible, mais sur la scene reelle en vie c’est pareil. Si l’on sort un samedi soir dans un bar, le mec qui te regarde, il te voit toi mais aussi celle d’a cote et il choisit en fonction du physique. Mais contrairement aux rencontres reelles, il n’y a pas de romantisme concernant votre application, gui?re plus qu’il n’y a de hasard ou de spontaneite. Avec Tinder, c’est la mort de l’amour. Plus rien n’est pareil. Entre autres, quand tu vas a un «date», tu te dis que le mec s’en fout parce que, de toute facon, y en a soixante autres qui l’attendent concernant l’application. Je pense que ca rend nos hommes plus insatisfaits, avides et donc plus difficiles.